ET SI ON PARTAIT CHEZ

29 - 05 - 2012 | Marc Aurèle

Entre amis, pour un anniversaire, pour un diner à deux Désir de plein air, de convivialité et en même temps d’intimité, souci surtout de manger local – plat plus ou moins de chez nous –nous avons décidé, pour toutes ces raisons, de nous rendre là.   Il était environ 19heures30, ce soir là. J’ai eu envie d’un de ces moments que j’aime bien prendre, partager seul ou accompagné – je l’étais cette fois là – et je voulais manger quelque chose de bon. En même temps, je recherchais cette « ambiance de maquis », cette saveur de cuisine traditionnelle, ce parfum africain que l’on ressent partout sauf dans ces restaurants fermés, cosy avec salon. Je pris mon taxi, direction Marcory, un terrain vague, du sable, des bâches, des lampadaires, de petites tables dressées ça et là. Le décor est planté. Nous y sommes…chez Ambroise.  
L’odeur des mets braisés nous accueille bien avant le personnel qui nous installe. Puis, nous devons identifier en fonction de notre envie, les plats que nous allons déguster. Il y a l’entrée – oui dans un maquis – sur laquelle je m’attarde généralement pas, les grillades : du poulet, du lapin, de la pintade, des côtes de porcs, des entrecôtes de bœufs, du poisson. J’ai pu également apercevoir des brochettes de mérou et de filet de bœuf.
Plus loin, il y a du kédjénou, des fruits de mers et, comme accompagnement, ce sont ces plats proposés dans la plupart des restaurants ivoiriens à savoir la pomme de terre, de l’alloco, de l’attiéké, le riz, etc.
 
Chez Ambroise, à Marcory Il y a aussi de la promotion artistique. Ce sont vendeurs de tableaux, de sculpture relativement moyenne, en taille comme en intérêt.    

Chez Ambroise, à Marcory Il y a aussi de la promotion artistique. Ce sont vendeurs de tableaux, de sculpture relativement moyenne, en taille comme en intérêt. Il y a aussi des « troubadours ». Ce sont des contemporains, des inconditionnels, des icônes de la maison. Ils sont au nombre de trois, enfin il s’agit de trois groupes différents.  
Revenons à notre intérêt premier, la bouffe. Le service y est agréable sans plus. J’aime en particulier le sieur Armand. Ce jeune homme, qui par ailleurs est devenu mon serveur attitré, doit être un ancien des lieux. Il sait s’occuper de vous avec diligence et courtoise. En ce qui concerne le temps d’attente, il est généralement plus long que la normale, et c’est à déplorer…  
Pour palier à cet inconvénient, je vous conseille d’appeler et de commander avant d’arriver – si vous avez faim – sinon vous pourrez profiter alors tout simplement du concert offert par nos amis musiciens. Le poisson est frais, ainsi que le poulet. 

Le cas de la viande, de ce que je sais pour la viande de porc et des entrecôtes, c’est qu’elles sont congelées. Ceci implique qu’il faut souvent attendre le dégel avant la cuisson elle-même. Ce n’est pas toujours évident. Les prix sont accessibles à tous. Pour le début des hostilités, comptez 19heures. Ambroise n’ouvre pas ses tables avant 19heures.  
Autre chose, ne vous fiez pas aux apparences, Chez Ambroise est un de ces « endroits in » d’Abidjan ? avec un taux de fréquentation énorme. C’est aussi un endroit qui gagnerait à être plus connu – par les abidjanais– puisque les expatriés, les touristes, eux se positionnent comme des habitués.
Et retenons que cet établissement est une référence en la matière. Il n’a pas à rougir devant d’autres« grands restaurants » de la place. Alors comme disent les cousins : Enjoy !  



Facebook Twitter Google Plus

POURQUOI ALLOCO DE DEHORS EST MIEUX QUE ALLOCO DE MAISON ?

10 - 08 - 2017 | Atyto

Tu ne sais pas encore : qui elle est pour toi, comment [......]


Lire la suite ...

LE TEMPS D’UNE PAUSE : ET SI VOUS VOUS ÉVADIEZ ?

14 - 09 - 2013 |

Fin de semaine. Une pluie fine s’abat sur Abidjan, obligeant [......]


Lire la suite ...

NORIMA RESTAURANT, UN ENDROIT CHALEUREUX

28 - 10 - 2012 | Chon Crick

Il y a quelques semaines de cela, nous avons [......]


Lire la suite ...

KAZAJOMA: UNE INVITATION À LA GOURMANDISE

02 - 06 - 2012 | Chon Crick

Il y a quelques jours de cela, nous avons eu [......]


Lire la suite ...