CACHE – CACHE SENTIMENTAL

16 - 10 - 2013 | Miss Sue

Nous sommes en 2012 et 73% des jeunes femmes entre 18 et 35 ans trouvent que leurs mecs ne sont pas assez démonstratifs, voire attentionnés. Il n’y a priori rien d’alarmant, mais ça change tout quand on sait qu’il y a plus de 5ans, en 2006, le même sondage révélait que seulement 29 % des jeunes femmes affirmaient être heureuses d’avoir un mec démonstratif et attentionné. Je suis peut-être nul en calcul mais… Les hommes seraient-ils toujours à la traîne pendant que le monde évolue ?
Si l’affirmation selon laquelle les femmes seraient plus démonstratives que les mecs est bien connue, elle reste considérée comme ces milliers de phrases que l’on range dans les stéréotypes ou les préjugés de genre. Soit. Mais soyons honnêtes, combien de jeunes demoiselles ne se sont pas attristés, au fil de relation, de voir les vêtements du prince charmant se ternir peu à peu jusqu’à disparaître ? Le prince charmant. Le mot est lâché. Cet homme qu’elle découvre quand débute le parcours, quand sonnent les premiers instants de la relation. Cet homme galant, prévenant, qui s’intéresse à la jeune demoiselle, qui arrive à lui faire afficher ses plus beaux sourires, à coups de mots délicieusement énoncés, de gestes délicatement choisis. Celui-là même qui arrive à la rendre sensible à la moindre vibration, le moindre clignotement de son terminal mobile. Ce mec attentionné, passionné qui n’a pas peur de la prendre dans ses bras entre quatre murs, sans distinction qu’ils soient publics ou privés. Bref, vous l’aurez compris. Il s’agit de ce mâle qui donne le meilleur, l’entretient et semble même être prêt à affronter le pire. Le rêve du fusionnel jusque-là tourné sur son unique forme future, se conjugue désormais au présent et laisse alors remonter tout doucement l’addiction de la jeune demoiselle à toutes ces choses qualifiées de romantico-stupides longtemps refoulées. Ainsi, les délicatesses du jeune homme deviennent ces merveilleuses marches l’installant sur un petit nuage et les petites attentions de ce dernier les mains qui lui chaussent ces lunettes « je vois la vie en rose ». La jeune demoiselle s’installe rapidement dans ce qu’il convient d’appeler « la love-bulle » qui cette fois est grossie par les soins du jeune homme. Les assauts ayant été menés, les jours ne se comptent plus et la relation s’établit non sans traîner avec elle son ombre, la routine. Pointe alors à l’horizon le moment où les délicieux mots du jeune homme restent trop longtemps à quai, quand ses gestes délicats prennent trop souvent le large et peinent à revenir. Les doutes alors s’installent quand l’image du prince charmant s’effrite progressivement. Oui, pour la jeune demoiselle un être amoureux, normalement constitué a besoin de se sentir proche de sa moitié, d’exprimer ce qu’il ressent, et si le jeune homme semble si distant et indifférent c’est loin d’être anodin. En clair, il a forcement un problème. Si dans ces cas, il est fort tentant de faire un repli, l’abandon n’est en aucun cas envisageable. Principalement pour cette raison de cinq lettres que l’on prononce difficilement mais aussi parce que dans le fond, cette frigidité sentimentale du jeune homme, la jeune demoiselle l’aura compris est loin d’être singulière, alors autant mener  le bon combat. Les quêtes de solutions sont pensées et menées.

Mais, même si elles sont pleines de bonnes intentions, elles ne donnent naissance qu’à de l’exaspération et l’irritation, quand de l’autre côté elles rencontrent la lassitude. En effet, les tentatives de communication de la jeune demoiselle prise d’antan comme de délicates attentions sonnent dorénavant comme des sommations aux oreilles de celui qui est devenu un odieux personnage.
De même, tous ces « il faut qu’on parle » l’agressent ni plus ni moins. Si comme la plupart des femmes, la jeune demoiselle a besoin de parler, d’exprimer ses doutes et ses angoisses, de mettre les choses au point quand rien ne va, beaucoup d’hommes dont certainement le jeune homme en question, fonctionnent différemment d’autant plus qu’ils sont séquentiels. Quand Le plus important dans l’entendement féminin réside dans le partage du ressenti des émotions, dans l’entendement masculin il réside dans la compétence du jeune homme à atteindre son objectif et c’est là ou se trouve le problème. Parce que d’une certaine manière, la relation avec la jeune demoiselle ayant été établie, l’objectif masculin a été atteint, c’est donc logiquement que le jeune homme ferme le dossier prince charmant pour pouvoir en ouvrir un autre (et oui vous l’aurez compris la logique masculine veut que ce soit un dossier après l’autre) Et quand bien même la chance vous sourit et qu’il ne se révèle pas être séquentiel, sachez jeune demoiselle qu’il reste encore ce mot de six lettres dans lequel la gent masculine semble génétiquement façonné, la fierté, votre première rivale, celle-là même qui lui impose de garder ses marques d’affection savamment calculées, ses émotions méticuleusement enfouies, imposant cette conclusion à la jeune demoiselle : Mon mec est un frigide des sentiments.

Si l’expérience prouve que cette affirmation n’est à pas loin de frôler l’affirmation universelle, la réalité aussi bizarre soit elle est toute autre. Les sentiments sont bels et bien là chez le jeunet, souvent réels et forts mais malheureusement, ou peut être fort heureusement, cachés, pudiques et réservés. Il attend que vous deviniez sans qu’il ait parlé. Il vous donne ainsi de la confiance, cette chose qu’il espère recevoir en retour pour se sentir aimé. Par ailleurs, aussi confortables soient pour lui toutes ces attentions dont vous le submergez, elles l’attaquent dans sa compétence et finissent par le pousser dans les bras de la fierté, cette chère rivale. Chacun en sort avec l’impression d’avoir extraordinairement donné sans rien avoir reçu en retour tout simplement parce que l’un aura donné à l’autre ce qu’il espère recevoir, la jeune demoiselle les attentions et le jeune homme la confiance. Ces êtres à l’apparence si opposée ne semblent pas si différents dans le fond finalement. Des sentiments chez le jeune homme, il en existe et pas seulement aux premiers instants de la relation. S’ils peinent souvent à être visibles, c’est juste qu’ils sont exprimés dans un langage amoureux différent qu’il convient d’apprendre à décrypter, avec le bon mode d’emploi ni plus ni moins. Si la rumeur court qu’il existerait un recueil universel qui permettrait de comprendre les femmes, dont les multiples lectures n’auront jamais réussi à donner résultats, aux dernières nouvelles la version masculine quant à elle n’aura jusque là jamais vu naître son prototype.  Il ne reste plus qu’à vous dire : « Au travail alors jeune demoiselle! »        



Facebook Twitter Google Plus

CES CHOSES QU’IL FAUT ÉVITER DE DIRE AUX FEMMES

08 - 03 - 2017 | Donna Keating

Atyto, si tu veux vivre longtemps mais surtout [......]


Lire la suite ...

KEN OU BARBY ?

03 - 08 - 2016 | Donna Keating

Petite, l’on a toute possédée un Ken, cette [......]


Lire la suite ...

CONVERSATION SANS FIL : ÉPISODE TROIS

01 - 08 - 2016 | Fleure Ndoua

Anie et Isa sont deux copines. Leur sujet principal [......]


Lire la suite ...

CONVERSATION SANS FIL : ÉPISODE DEUX

25 - 07 - 2016 | Fleure Ndoua

Anie et Isa sont deux copines. Leur sujet principal [......]


Lire la suite ...