COURS MAGISTRAL DE LANGUE : PREMIÈRE SÉANCE

01 - 08 - 2012 | J.Kylian

HEUREUX DE FAIRE VOTRE CONNAISSANCE
 La sexualité est un art ou toute règle n’est faite que pour être adroitement exécutée et intelligemment transgressée, alors aucune recette ou méthode ne peut rivaliser avec l’inspiration. Cependant, la connaissance de la mécanique du corps nourrit le savoir-faire.
LES FEMMES SE DÉGUSTENT
Atyto a pris des cours au lycée. Des cours de latin que dispensait une épicurienne donzelle, vêtue dans un tailleur Lanvin qui magnifiait ses courbes tel un cantique à sa puissante sensualité. Le latin, Atyto aime bien le caractère étymologique de cette langue qui semble être le verbe du sexe, l’expression orale la plus pratiquée mais la moins visible. Pendant les leçons, Atyto s’est particulièrement attache a un mot: Le cunnilingus. Témoin de l’union exclusive entre la sensualité et la virilité. Le cunnilingus apparaît ainsi comme le précieux legs d’un dialecte que les universitaires qualifient de langue morte, de langue fantôme. Mais pour Atyto cette langue n’a rien d’éteinte. Il a bien l’intention de la perpétuer, parce qu’après tout, il adore exécuter des tours mémorables sur ce qui frémit sous l’enchantement de sa langue magique. Il aime se délecter des gémissements de sa Dame, c’est un fin gourmet. Il sait qu’un cunnilingus bien fait garantit un délicieux abandon au plaisir vu que la plupart des filles sont plus clitoridienne que vaginale. De ce fait, la pénétration n’est pas un impératif devant les mener à l’orgasme. Atyto reçoit donc sa dame comme il faut, et entame la conversation.
MAÎTRISER LES BASES, LES FAUX-AMIS DE LA LANGUE ÉTRANGÈRE
Le sexe d’une femme ne se montre pas d’emblée et nécessite une exploration particulière. Atyto est donc conscient que lorsqu’une fille accepte de laisser un homme poser sa bouche sur son sexe, c’est une offrande particulièrement forte et précieuse. Il aura auparavant pris soin de faire savoir subtilement à sa dame qu’un pubis épilé est toujours mieux qu’une jungle ornée de lianes car un petit brin de toilette ne fait jamais de mal même si certains hommes aiment bien les pubis touffus.
     Atyto ne se jette pas sur le minou de sa dame. Il préfère préparer le corps de celle-ci et pénétrer son imaginaire de sorte qu’elle y pense et convoite sa langue magique. De ce fait:
  Il évite de se prendre pour un gynécologue en écartant les lèvres du minou de sa dame comme s’il voulait lui faire un examen pelvien.
  Il évite de secouer la tête entre les jambes de sa dame comme un margouillat à tête rouge en faisant des ‘’non non non’’ vifs avec la tête. Ca ne marche pas comme ça.
  Il évite de la lécher en bavant comme un Rottweiler à jeun. C’est bien d’avoir une langue détendue mais il faut savoir que le sexe d’une dame n’est pas un bavoir expérimental.
  Il ne souffle jamais directement dans le minou, c’est un geste dangereux, parfois mortel, qui peut provoquer de grosses complications génitales si des bulles d’air passent dans le sang de la damoiselle.
  Il ne verrouille pas sa bouche autour du clitoris de sa dame pour le suçoter fermement comme un aspirateur, c’est très douloureux.
  Il fait attention à ses dents et évite de mordiller.
  Il évite d’utiliser du Nutella, du miel, de la confiture ou autre bouffe collante ou épicée parce que le minou de sa dame n’est pas une crêpe qu’on farci à gré. Du champagne, de la crème chantilly ou de l’huile comestible feront bien l’affaire.
  Il évite de reproduire des bruitages de science fiction en la léchant avec un fond sonore très audible du genre ‘’slurp slurp’’.
  Il garde ses ongles courts pour éviter de lui charcuter le minou avec des doigts acérés, lorsque sa dame voudra voir un remake d’Edward aux mains d’argent, elle ira au cinéma, pas dans son lit.
Voici donc ce qu’évite Atyto en règle générale pour ne pas bousiller cette offrande exclusive.    
           
AU CŒUR DE LA GRAMMAIRE LATINE
Contrairement à la croyance générale, le minou d’une dame est plus propre que la bouche car il contient moins de bactéries, sauf vrai problème médical. Une toilette quotidienne suffit amplement à une hygiène normale. Chaque femme étant unique, les saveurs et les parfums ne sont jamais identiques d’une dame à une autre, par exemple, avant les règles, les cellules vaginales produisent du glycogène, une sorte de sucre qui donne au goût la combinaison acide-sucré de certains raisins. Chez d’autres femmes on a l’impression de goûter à des pamplemousses. Le cunnilingus étant une faim en soi, il est important de prendre plaisir à respirer le parfum unique du sexe féminin. La toison pubienne à une odeur qui évoque le côté un peu bestial de la forêt, tandis que le minou exhale des senteurs un peu plus musquées avec un toucher plus doux.
Ainsi, après s’être abreuvé de l’arôme intime de sa Dame, Atyto se donne donc à cœur joie dans l’exécution du Kung-Fu de sa langue magique. Il commence par des préliminaires primitifs puis, tout en la caressant, il la déshabille progressivement en ôtant uniquement le haut de sa tenue dans le but de faire monter le désir chez elle de sorte qu’elle ne puisse pas s’empêcher d’imaginer la suite.

Après des effleurements et des bisous dans le cou, Atyto passe à l’étape des baisers et des caresses plus intenses autour de la poitrine de sa dame. Il dialogue efficacement avec ses seins, effleure son corps des doigts. Puis, il redescend progressivement vers son ventre avec des câlins en va-et-vient entre son ventre et sa poitrine. Ensuite, il lui cajole les cuisses vers l’extérieur puis vers l’intérieur pour arriver enfin à son sexe, toujours par dessus ses vêtements, histoire de multiplier les sensations. Lorsqu’il lui touche le sexe, Atyto ne s’y attarde pas trop. Il fait simplement des oscillations entre le minou et les jambes de sa Dame pour qu’elle puisse sentir des caresses appuyées, des mains à la fois fermes et douces, des mouvements confiants et assurés. En clair, il tourne autour du sujet.
Quand il sent que le corps de sa dame est prêt, il descend ses baisers humides le plus bas possible que permettent les vêtements de celle-ci. Après l’avoir suffisamment titillée, il lui enlève délicatement son pantalon, sa robe ou sa jupe tout en lui cajolant le sexe, et enfin il la dénude totalement. « Enfin » !!! C’est ce que doit se dire sa dame après avoir été chauffée comme un soleil.
 Par la suite, il lui masse le minou à pleine main. Il utilise ses doigts et sa paume pour des massages circulaires lents et appuyés. Il souffle légèrement sur la vulve de sa Dame. Puis,  pose des bisous légers, puis appuyés sut tout le minou. Il s’imprègne de effluves brutes de cet inestimable bijou. Il lui lèche doucement les grandes lèvres, encore et encore, sa langue visite chaque millimètre du pourtour du sexe de sa Dame. Puis, il lui lèche le périnée, cette zone ‘’neutre’’ située entre le minou et l’anus. Il remontre ensuite vers ses grandes lèvres, redescend sur son périnée et ainsi de suite. A ce stade, son désir devrait la faire trembler d’impatience.
Les doigts d’Atyto ne sont pas en reste pendant ce premier contact réel. Ils se baladent joyeusement sur la partie interne des jambes de la damoiselle, sur son ventre, quelquefois sur son minou, etc.
Ensuite, il dégage les grandes lèvres avec les doigts, pour découvrir les petites lèvres, trempées, qui frémissent déjà comme un petit papillon. Il comprend l’impatience de ces petites ailes cachées dans l’intimité de sa dame. Il les aspire une à une, puis, avec ses lèvres, il y exerce une légère pression couplée à un mouvement de va-et-vient de la bouche.

 Après avoir visité ces petites ailes, il utilise ses doigts pour dégager le clitoris, qui épiait toute la scène, blotti sous un capuchon, et qui s'excitait d’une rencontre humide avec cette langue étrangère. Atyto le lèche doucement, par petits coups, tantôt accélérés, tantôt ralentis. De même, il fait des cercles autour du clitoris et, il y frotte sa langue. Il l’aspire LÉGÈREMENT, le suce, le titille du bout de la langue, le lèche par rythmes saccadés. Tout doucement, il rentre un doigt ou deux pour stimuler les parois internes de son minou, si elle n’aime pas elle le lui fera savoir.
Atyto se régale. Il bouge la langue comme une vague. Il écoute les « lamentations » de sa dame, suit les ondulations de ses hanches. En un mot, il ressent le plaisir qui la parcourt. Par le Kung-Fu de sa langue, Atyto pense à l’œuvre, pas au fruit de l’œuvre.
 Il déguste la demoiselle dans ses moindres détails. Souvent, son pouce frotte délicatement son clitoris. Au moment où la conversation atteint son paroxysme et qu’il sent qu’elle va avoir un orgasme, Atyto, garde la cadence jusqu'à ce qu’elle explose. Elle vient de jouir... mais il ne s’arrête pas en si bon chemin.

L'ARGUMENTATION, LES CONNECTEURS LOGIQUES
 Après l’avoir gratifiée d’un orgasme digne de ce nom, Atyto profite de l’excitation de sa Dame pour la pénétrer. Il aurait même pu la surprendre en interrompant le cunnilingus à un moment précis pour la pénétrer pendant qu’elle mouillait fortement. Chauffée à blanc, elle n’aurait pas boudé son plaisir.
 Atyto abuse alors de son imagination tout en prêtant attention aux réactions de l’enchantée et en essayant de ressentir ce qu’elle aime le plus. Ainsi, pendant la phase préliminaire du maniement de langue, sa dame sera très excitée et mouillera excessivement bien avant qu’il n’engage la conversation avec son clitoris, augmentant ainsi ses chances de lui donner un plaisir immense qu’elle oubliera 47 ans après…
 Le but lors d’un cunnilingus est de prendre son temps, pour que la demoiselle ait le temps d’imaginer ce qui va suivre. Elle doit fantasmer, il faut que ce soit elle qui ait envie de mouvements plus vifs, plus appuyés, etc. Ces détails créeront à coup sûr une excitation soutenue.
 Les filles aimeraient tellement que tous les mecs parlent le latin. Alea jacta est.
La suite à  la prochaine séance.



Facebook Twitter Google Plus

OH MY GODE

20 - 05 - 2017 | Donna Keating

Depuis que vous êtes devenus des astronautes [......]


Lire la suite ...

CONVERSATIONS SANS FILTRE

27 - 12 - 2016 | Donna Keating

Coucou ! Ce message toute la journée, [......]


Lire la suite ...

RENCONTRE AU SOMMET

29 - 10 - 2016 | Donna Keating

La clé qui ouvre le sésame ayant été trouvée, [......]


Lire la suite ...

JUSQU’Á LA DERNIÈRE GOUTTE

16 - 07 - 2016 | Donna Keating

Jusqu’à présent, tu t’es jouée les filles [......]


Lire la suite ...