OUI, IL Y A UNE VIE EN DEHORS DE FACEBOOK

02 - 02 - 2014 | Chon Crick

Dix ans. Voilà dix ans que nous peignons avec nos (dix) doigts les murs bleus et blancs de la maison Facebook. Celle qui avec plus d’1,2 milliards d’utilisateurs ne désemplit pas. Ce qui en ferait le troisième état le plus peuplé au monde derrière la Chine et l’Inde. Etat surpeuplé donc où chacun fait état de ce qui se passe dans sa vie. Cette façon de s’épancher parfois sans retenue est devenue monnaie courante. Comme s’il fallait absolument procéder ainsi. Aberrant ! Oui, en dix ans, la moissonneuse-batteuse a récolté nos données (pour ?) tandis que l’addiction elle germait tranquillement. Mais, aussi surprenant que cela puisse paraître, il y a une vie en dehors de Facebook.
FACEBOOK, CETTE INCONNUE AUX MILLE IDENTITES
C’est donc le 04 février 2004 que tout commence. The Social Network dans lequel on retrouve notamment  Justin Timberlake suggère une création mouvementée. Et malgré tout cette décennie, nous avons toujours autant de mal à mettre une identité sur ce visage familier. Première qui malgré tout nous vient à l’esprit, plate-forme. Celle des échanges futiles pour ne pas dire inutiles. Est-ce qu’on a besoin de savoir par exemple que quelqu’un a mangé une pomme au petit-déjeuner ? Non, nous ne le pensons pas ! Mais c’est aussi une agence de notation où chaque donne son avis. Décès, faits divers, films, livres, séries télévisées (Merci à tous les spoilers qui nous ont révélé la fin de l’épisode 09 saison 03 de Game of Thrones), et bien sûr rencontres sportives. Tout évènement est susceptible de faire l’objet d’une analyse tellement pointue qu’on se demande encore pourquoi il y a des écoles de journalisme. Puisqu’une connexion Internet et un compte d’utilisateur suffisent apparemment pour faire de nous des Bob Woodward ou des Carl Bernstein. 
Par ailleurs, Le réseau social est aussi un outil d’auto-promotion peu coûteux pour un artiste qui souhaiterait se faire connaître ou une entreprise qui démarre son activité. Toutefois, la liste ne s’arrête pas là. Nous pourrions ajouter aussi banque. Oui, c’est une banque. La « banque des faits & gestes » ! Où nous faisons régulièrement des dépôts, ce qui nous fait assister parfois à de drôles de scènes
Ainsi, les « philosophes » critiquent ceux qui ne racontent par leur vie. « Pourquoi tu ne mets rien sur ton profil ? ». Anecdote rapportée par un ami. Ce dernier venait de découvrir qu’il avait été supprimé par un de ses contacts. De l’autre côté, les « foulosophes » ayant fait vœu de silence s’en prennent à ceux qui en font trop. Comme ce fut le cas au moment du décès du plus célèbre prisonnier de Robben Island. Ils leur reprochaient d’en faire trop. Chacun prêche pour sa paroisse. 

QUITTE-MOI SI TU PEUX !
 
Admettre son addiction, premier(s) pas vers une « cure de désintoxication réussie ». Oui, n’ayons pas peur des mots ! Facebook est une « drogue » dont beaucoup de gens ne peuvent se passer. Le côté rassurant où personne ne s’émeut de voir l’autre écrire sur un mur y est sans doute pour quelque chose. L’orthodoxie de nos manières sur le site de Zuckerberg provient du fait que l’autre est un miroir. 

On se reconnaît dans cet individu qui adopte les mêmes comportements que nous. Qui recherche des signes d’approbation (photos de profil, statut, etc.). Croire que le fait d’exister s’apparente à un exercice de vantardise est un abominable cliché. Non, cela ne se résume pas à cela ! Au risque pour passer pour des rabat-joie - si ce n’est pas encore fait- nous serions tentés de dire : « La vie est un ensemble d’expériences bonnes ou mauvaises qui au fur à mesure nous donne la force de saisir le bonheur, qui ne tient qu’à un fil ». Ce n’est qu’un avis. Un avis qui pourrait à mesure que les semaines loin de « la famille virtuelle » s’écoulent devenir une conviction. Oui, nous sommes convaincus qu’il existe une vie en dehors de Facebook. Une où il serait possible d’entrer dans un endroit et ignorer la pancarte « prière de prendre des photos ». Une où à l’abri des regards indiscrets une idylle naîtrait, par exemple. De même, nous sommes convaincus que les souvenirs dès qu’ils sont racontés au plus grand nombre perdent leur valeur. Cette façon inestimable qu’ils ont d’occuper notre cerveau de « manière illégale » sans pour autant nous nuire. Ne pas les mentionner serait un beau pied-de-nez à cette tendance actuelle à la surexposition. 

Aussi, si un jour vous décidez de renoncer à cette « tentation ». Ne vous en faites pas ! Cette apostasie – le fait de renoncer publiquement à une doctrine ou une religion – ne serait pas synonyme de châtiment. Bien au contraire. Et si quelqu’un vous traite de « fou », n’ayez pas peur. « Le 20ème siècle est celui de la peur », disait Albert Camus. Pour nous, le 21ème siècle est celui du leurre. Celui où on croit qu’il suffit d’être populaire sur des réseaux pour que tout aille. Où on croit que la Toile sert à tisser des fils d’amitié. Alors entre le premier et  le second qui prend le risque d’évoluer en dehors de cette pseudo-réalité, pour se consacrer à sa vie et celle des siens. Qui est le plus fou ? En quittant ces lieux vous serez sans doute déboussolés comme Neil Armstrong, au moment de devenir le 1er homme à marcher sur la Lune. Mais, souvenez-vous : « C’est un petit pas pour vous et un grand pas pour votre santé ». Notre ami « Zucky » est tellement fort qu’il a failli nous faire croire que la vie se résumait à des like, des photos de profil, etc. Sacré Mark ! Tu as failli nous avoir.   Que vous soyez philosophes du dimanche ou foulosophes du lundi, ne vous en faites pas. René va vous donner des cartes afin que vous retrouviez le chemin qui mène à l’existence, la vraie. Celle où il n’est pas rare de mettre un nom sur un visage au lieu de mettre un visage sur un nom. 



Facebook Twitter Google Plus

ALLONS SEULEMENT !

28 - 03 - 2017 | Chon Crick

L’étudiant en 1ère année de droit s’empresse [......]


Lire la suite ...

CAN 2017 : UN SEUL MOT SUFFIT

25 - 01 - 2017 | Chon Crick

Quand la douleur frappe aux pays des Éléphants [......]


Lire la suite ...

Y A PAS MONNAIE !

06 - 10 - 2016 | Chon Crick

«Y a pas monnaie!» lance sereinement un «boutiquier [......]


Lire la suite ...

UNE SI LONGUE MINUTE DE SILENCE

17 - 05 - 2016 | Chon Crick

Les rues abidjanaises, et ses magasins où un [......]


Lire la suite ...