BRING BACK OUR PRE-INTERNET BRAIN!

27 - 05 - 2014 | Chon Crick

La Toile est en ébullition ! Depuis plusieurs semaines, de nombreux internautes surfent en effet sur « les déferlantes de l’actualité », cet « océan d’informations » où nous sommes régulièrement noyés par le « trop-plein ». Trop plein d’informations, mais aussi trop plein d’indignations, comme celles qui secouent « l’arbre à polémiques » et ces fruits doux-amers…

UNE BANANE QUI FAIT RIRE JAUNE
Fin avril. Visé par un jet de banane, un footballeur brésilien ramasse le fruit, l’épluche et l’engloutit en moins de temps qu’il faut pour qu’un Blackberry – qui désigne à la fois un fruit et un outil de communication – se rallume. Résultat : la twittosphère s’empare de ce geste spontané et le défilé banane et/ou pancarte « say no to racism » débute. Le hashtag #somostodosmacacos (=nous sommes tous des macaques) et son cousin anglais #weareallmonkeys apparaissent alors. Mais quelques jours plus tard, plusieurs journaux révèlent que des publicitaires seraient à l’origine de cette opération de communication.
L'action du joueur leur a permis de lancer leur campagne qui était dans les starting-blocks. O rage! O désespoir ! O publicité ennemie ! Mais, tout n’est pas perdu puisque les parents auraient enfin trouvé le moyen pour que leurs enfants mangent leur dessert sans faire d’histoires…

L’ÉMOTION, ON L’ACCOSTE 
« L’histoire est un éternel recommencement », dit-on. C’est ainsi que depuis plusieurs jours, elle se répète. De nouvelles pancartes sont apparues, sauf que cette fois-ci la mention fait froid dans le dos : «BringBackOurGirls ». Cri de cœur (numérique) pour que les quelques 300 filles enlevées par une organisation terroriste nigériane soient libérées. 

Il aura fallu attendre le début du mois de mai avant que l’affaire de ces lycéennes arrachées à leur famille le 14 avril dernier ne fasse grand bruit. Ainsi, deux millions de tweets liés à ce drame auraient été envoyés le 1er mai. Connues ou inconnues, nombreuses sont les personnes qui y sont allées de leur gazouillis. Mais cet emballement médiatique n’est pas sans rappeler la « campagne Kony » du nom de ce chef de guerre ougandais, accusé d’avoir commis des exactions. Deux après les faits, il serait encore en vie…

Malgré toutes ces réactions volcaniques, tous ces bons sentiments, nous avons du mal à apprécier la sincérité de certaines réactions. Sans doute que les personnes qui embrassent subitement une cause sur les réseaux sociaux où il est de bon ton d’agir de la sorte, nous forcent à raisonner avec vigilance. Farouches opposants de ces modes plus qu’éphémères, nous préférons rester à quai, de peur de finir noyés par « ces larmes de crocodiles ».  Cette émotion nous, observateurs attentifs, on ne Lacoste pas. Alors : Qu’on nous ramène notre cerveau, celui qui avant Internet nous permettait d’y voir plus clair ! Qu’on nous le ramène, cet ami qui nous veut du bien ! Parce qu’ils sont nombreux, ceux qui voudraient nous faire croire qu’un soulèvement virtuel de pancartes peut changer l’histoire.
Bring Back Our Pre-Internet Brain !



Facebook Twitter Google Plus

ALLONS SEULEMENT !

28 - 03 - 2017 | Chon Crick

L’étudiant en 1ère année de droit s’empresse [......]


Lire la suite ...

CAN 2017 : UN SEUL MOT SUFFIT

25 - 01 - 2017 | Chon Crick

Quand la douleur frappe aux pays des Éléphants [......]


Lire la suite ...

Y A PAS MONNAIE !

06 - 10 - 2016 | Chon Crick

«Y a pas monnaie!» lance sereinement un «boutiquier [......]


Lire la suite ...

UNE SI LONGUE MINUTE DE SILENCE

17 - 05 - 2016 | Chon Crick

Les rues abidjanaises, et ses magasins où un [......]


Lire la suite ...