BREXIT OU QUAND TU QUITTES MADAME

20 - 07 - 2016 | Chon Crick

CONDITIONS D’ENTRÉE
« Bébé, tu viens ? », te lance Madame avec ce crop top qui laisse entrevoir une partie de ces seins et ce regard aguicheur, le même qu’elle lance quand elle convoite les-derniers-talons-qui-font-mal-aux-pieds-mais-cest-pas-grave. C’est dans ce centre commercial, où de gentils tontons bedonnants attendent patiemment qu’une jolie jeune fille brésilienne ou nappy, curvy ou skinny, fasse son apparition, que tu l’as vue.
Ton cerveau brainwashé par celles qui – dans les pubs - refusent l’État de Graisse et celles qui pèsent lourd sur le gramme, tu as hésité avant d’aller vers elle. Tu la trouvais « trop grosse », « trop petite ». Et puis finalement, tu l’as abordée.
Ton smartphone déchargé, la jeune femme a pris ton WhatsApp puis s’en est allée. La marinade dans laquelle la sœur du Chef Curry t’a laissée commençait à tourner et toi, t’énerver. « C’est quelle go ça là même ? », « Genre, elle va pas m’appeler quoi ? ».
Vaccinée par des gars pressés de partir sans laisser d’adresse – après une nuit, des « fuccbois », des « mougoupaneurs », la deuxmoiselle a mis du temps avant de t’accorder ton visa d’entrée sous réserve de nombreuses conditions.
Pas de second bureau (toujours bon de le rappeler), ni d’ex qui attend derrière la porte que la voie soit libre, ni d’ « amies » avec qui tu discutes jusque tard dans la nuit, ni de « Je travaille tard ce soir. Ne m’attend pas ». Ou encore « Je vais voir un pote, je dure pas » - sachant que tu vas refaire la finale de l’Euro avec lui.
Obtenir un visa pour « aller derrière l’eau », en France ou ailleurs, aurait été plus simple.
« Tant que tu ne touches pas mon téléphone, moi ça me va », ta réponse. Comme Air Jordan, tu n’en manques pas.

LE RÉFÉRENDUM QUI TUE

Les six mois que tu as passés avec elle se sont déroulés sans accroc majeur. Bien sûr, tu es allé voir si l’herbe chez la voisine était plus verte mais tu avais enfilé ta tenue de camouflage. Tes gars t’ont même fait une haie d’honneur.
Madame veut passer à autre chose : elle veut que vous habitiez ensemble. Les allers-retours qu’elle a multipliés la fatiguent malgré le troisième pont. « Zone IV- Riviera III, c’est pas la porte d’à côté ! », répète-elle sans cesse. Tu fais mine de l’écouter comme quand elle te dit de rabattre la lunette des toilettes.

Contrairement à Kevin qui Durant la période des transferts quitta sa zone de confort, toi y restes ! Tu tiens à ta liberté, plus que tout, tu la vois mal devenir ton Ministre de l’Intérieur. Ministre de l’Economie et des Finances, du Budget, elle cumule déjà plusieurs postes.
Mais ta go a décidé que « ça suffit », « Il faut qu’on parle ». Tu manques de faire un arrêt et là, sans attendre que tu reprennes ton souffle, elle te balance : « Tu veux qu’on continue ensemble oui ou non ? ».
Trop orgueilleux, tu réponds par la négative. C’est officiel, tu l’as quittée.

LOOKING FOR A NEW PARTNER
Adieu le plan d’austérité qui t’empêchait de te faire plaisir, bonjour la libre circulation des biens et des belles personnes !
Porté par l’ivresse de cette liberté retrouvée, tu savoures. Tu ressors ton petit calepin dans lequel tu as noté certains numéros. Tu multiplies les appels de phare pour nouer de nouvelles alliances à court ou moyen terme. Pour la plupart, leur parking est soit occupé, soit « elles préféreraient que bus te cognent plutôt que de te revoir ! ». 

Tu tombes de haut ! Dure est la chute.
Tu ne t’y attendais pas, tu pensais que tout irait pour le mieux. Que tu n’aurais plus à « te justifier », que tu allais brûler par les deux bouts, « vivre la vie de Lougah », mais tu t’es trompé sur toute la ligne.
Les conséquences que tu avais ignorées sont en train de rattraper. Tu aimerais revoter, réorganiser un référendum avec à la clé un « Non » franc et massif.
Mais c’est trop tard ! Depuis ton Brexit, ton ancienne « petite » est passée à autre chose. Elle a trouvé un solide partenaire fidèle, prêt occuper le même espace géographique qu’elle et multiplier les échanges de bons procédés – de jour comme de nuit.
Comme ces « eurotristes » qui ont quitté l’Union Européenne, tu n’as plus que tes yeux pour pleurer.

Prend ton mal en patience, une fois que tu auras accepté une candidate à une nouvelle relation, tu entendras à nouveau : « Bébé, tu viens ? ».   



Facebook Twitter Google Plus

BACK IN THE DATE: TON EX REVIENT!

09 - 05 - 2017 | Chon Crick

-         « [......]


Lire la suite ...

« CHÉRI, FAUT M’AIDER » OU QUAND L’ARGENT FAIT LE MALHEUR

15 - 02 - 2017 | Chon Crick

Posé sur la table basse, le nouveau portable [......]


Lire la suite ...

«JE SUIS QUI POUR TOI ?» OU QUAND TU DOIS VOTER POUR ELLE

21 - 12 - 2016 | Chon Crick

« Tu vas où ? », te demande-t-elle [......]


Lire la suite ...

FRIENDZONE: THE PLACE TO BE?

19 - 10 - 2016 | Chon Crick

Á moins d’avoir les oreilles bouchées par [......]


Lire la suite ...