UNE SI LONGUE MINUTE DE SILENCE

17 - 05 - 2016 | Chon Crick

Les rues abidjanaises, et ses magasins où un tee-shirt à mot d’ordre « You Only Live Once » coûte un bras, ne désemplissent pas.
Lunettes de vue ou de soleil pour se protéger de cet astre qui en connaît un rayon, les impatients automobilistes fatigués klaxonnent. Avant qu’ils n’obtiennent le feu vert, de jeunes laveurs de vitres les nettoient avec une eau savonneuse et des vendeurs à la sauvette brandissent des télécommandes, pourtant incapables de zapper ces embouteillages monstres.
Quand ils ne manquent pas de se faire renverser par un imprudent chauffeur zélé, les piétons eux lèvent la main pour arrêter un taxi ou un « wôrô-wôrô », avant de faire « arrangement ». L’urgence des mois sans faim  a fait d’eux des amoureux des chiffres - indépendamment de leur volonté.
« Approchez, Regardez ! », crient de l’autre côté, ces sages poètes de la rue quand de jeunes femmes avec un « grand avenir derrière elle » avancent en terrain conquis. Sereines comme brique sur maison inachevée.
Au loin de malheureux propriétaires résignés regardent leurs rêves en décomposition tandis que de jeunes travailleurs ou chômeurs pressent le pas.
« J’habite en famille », répondent-ils quand on leur demande de se géolocaliser. Le soir, ils le feront ailleurs.

Dans un lounge où tables et fauteuils se battent en duel pour les beaux yeux d’une lumière tamisée, certains rougiront de plaisir en avalant « un déshabillé de bananes plantains dorées à l’huile rouge ». D’autres encore danseront sur de langoureux rythmes d’un Papa qui n’est plus. Les plus habiles exécuteront des pas de danse, coupés et décalés.

Le temps d’un (long) week-end, quelques-uns iront, au milieu des militaires en faction et des hôtels déserts, à Bassam. Là où certains artisans  sans client ou presque depuis l’attaque du 13 mars réclament de l’aide, sans faire de vagues.
Les rues abidjanaises, et ses maux qui se comptent dans le désordre, ne désemplissent pas.
Le bruit des voitures qui hurlent couvre la voix des sans-voie, criant leur souffrance en silence. Une si longue minute de silence.



Facebook Twitter Google Plus

ALLONS SEULEMENT !

28 - 03 - 2017 | Chon Crick

L’étudiant en 1ère année de droit s’empresse [......]


Lire la suite ...

CAN 2017 : UN SEUL MOT SUFFIT

25 - 01 - 2017 | Chon Crick

Quand la douleur frappe aux pays des Éléphants [......]


Lire la suite ...

Y A PAS MONNAIE !

06 - 10 - 2016 | Chon Crick

«Y a pas monnaie!» lance sereinement un «boutiquier [......]


Lire la suite ...

ON SAIT PAS OÙ LE CAILLOU EST MOU

25 - 03 - 2016 | Chon Crick

[Article certifié sans spoil ou presque !]  
« On sait
[......]


Lire la suite ...