SÉSAME OUVRE-TOI

21 - 05 - 2016 | Donna Keating

Pendant longtemps tu as fait des pieds et des mains pour attirer l’attention de cette fille. Tu as prié tous les dieux et tu t’es retourné dans tous les sens pour que cette dernière soit enfin tienne. Combien de fois tu t’es passé en revue les scénarii les plus érotiques rien qu’en l’apercevant ?
Aujourd’hui qu’elle t’appartient, tu veux absolument lui montrer qui est le Commandant en chef. Alors quand vient le moment où le voile tombe et que l’on passe aux choses sérieuses avec les échanges de bons procédés (EBP) entre adultes consentants et conscients, assure-toi que toutes les conditions sont réunies pour que tu ne « tapes pas poteau », rates l’occasion.  

THINK LIKE A WOMAN ACT LIKE A MAN
Contrairement à ce que de nombreux hommes pensent, satisfaire une femme ne s’avère pas être une tâche aussi facile que ça ! Cela implique beaucoup de paramètres qui bien souvent sont mis entre parenthèses.
Il existe une différence notable entre l’homme et la femme à ce niveau.
Quand un homme est excité, cela se remarque aussitôt. Pas besoin d’avoir un bac +5 pour savoir qu’un homme a atteint le pic. Les signes extérieurs sont assez tendus pour  le voir et le comprendre. Tandis que la femme a besoin de beaucoup plus de temps pour atteindre l’excitation. Il faut donc y prêter une attention particulière en faisant appel à certains sens comme la vue, le toucher ou l’ouïe. L’observation reste un point majeur au moment des EBP car il est important de connaître l’adversaire en face et de savoir ce qui est susceptible de le mettre K.O.
Ce que les hommes oublient souvent de prendre en considération, c’est le fait que toutes les femmes n’ont pas la même sensibilité face à certaines pratiques.
Ce qui a fait décoller Cynthia laissera peut être Mélissa insensible et la plongera dans une simulation jusqu’à la fin de l’acte. Pendant que tu es en train de donner le meilleur de toi, elle de son côté s’ennuie et passe en revue dans sa tête sa liste de courses en attendant gentiment que le calvaire prenne fin.
Il est important de savoir qu’il existe différents types de femmes. Celles qui ne ressentiront aucune once de plaisir tant que monsieur n’aura pas titillé soit manuellement ou oralement le petit bout de chair protubérant qui se situe entre les deux lèvres et qui est à l’origine du plaisir sexuel pour la plupart. Celles qui à la moindre caresse ou pénétration manuelle accompagnée de fouilles très approfondies sont lancées comme Usain Bolt. Et enfin, il y a les plus gourmandes qui préfèrent les deux méthodes.
D’où l’importance de savoir  être observateur et attentif. 
Mais à côté de cela, la participation de Madame n’est pas fortuite. Il est primordial qu’une femme se connaisse elle-même, connaisse son corps et sache qu’est ce qui est susceptible de la faire «triper » afin d’éviter à son partenaire de gaspiller inutilement de l’énergie en se lançant dans mille et une explorations, surtout que l’économie de celle-ci est très indispensable lors des échanges de bons procédés.  

« PRENONS NOTRE TEMPS, RIEN NE SERT DE COURIR »  
Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. « Et passionnément allons doucement prenons notre temps (…). Ton corps est mon asile je viendrais y mourir mais prenons notre temps rien ne sert de courir », chantait Poetic Lover.
L’exécution parfaite des EBP demande rigueur, sérieux, application, précision, habilité et dextérité. C’est le moment où comme Bébi Philip, « l’artiste au doigté recherché », tu dois aussi en faire preuve.
Faire l’amour est un art mais aussi et avant tout un partage de plaisir. Tu ne peux donc pas te lancer à la conquête du petit bout de chair protubérant avec acharnement et agressivité en agissant comme si tu étais en train de manipuler le joystick de ta PlayStation ou comme si tu t’apprêtais à gober une huître tout entière !

Concernant les fouilles approfondies, il ne s’agit pas non plus de les mener avecla puissance maximale de ton bras comme si tu avais entre les mains le levier de vitesse d’une voiture.
Prendre son temps signifie pouvoir faire cohabiter force et douceur.
Généralement, les femmes s’attendent à ce que la session préliminaire soit assez longue afin de faciliter la pénétration et la rendre plus agréable. La stimulation clitoridienne peut se faire par de légères caresses concentriques qui peuvent être également appuyées et rythmées à certains moments.
Pratiquer un cunnilingus parfait avec le soupçon de langue qu’il faut, comme il le faut, quand il le faut et surtout où il le faut nécessite certains apprentissages et une petite connaissance de l’anatomie de sa partenaire.
Un bon coup de langue peut s’avérer être un élément très important qui pourra t’ouvrir les portes de la caverne d’Ali Baba. Le sexologue Gérard Leleu a d’ailleurs eu la bonne idée de compiler toutes ces différentes méthodes dans un double ouvrage intitulé L’art de la fellation / L’art du cunnilingus[1].

« See I've been waiting for this for so long. We'll be makin' love until the suncomes up. Baby, I just wanna take it nice and slow », chante Usher. Alors, rien ne sert de courir !  

[1] L’art de la fellation / L’art du cunnilingus mai 2010 éditions Leduc S. 



Facebook Twitter Google Plus

OH MY GODE

20 - 05 - 2017 | Donna Keating

Depuis que vous êtes devenus des astronautes [......]


Lire la suite ...

CONVERSATIONS SANS FILTRE

27 - 12 - 2016 | Donna Keating

Coucou ! Ce message toute la journée, [......]


Lire la suite ...

RENCONTRE AU SOMMET

29 - 10 - 2016 | Donna Keating

La clé qui ouvre le sésame ayant été trouvée, [......]


Lire la suite ...

JUSQU’Á LA DERNIÈRE GOUTTE

16 - 07 - 2016 | Donna Keating

Jusqu’à présent, tu t’es jouée les filles [......]


Lire la suite ...