L’AURIER VOUS FAIT ?

12 - 04 - 2016 | Chon Crick

Les voix des experts qui l’ont condamné, l’envoyant même en prison sans procès, tonnent à nouveau dans les cafés, couloirs, salles de classe ou de rédaction mais aussi sur les réseaux sociaux. Son nom fait à nouveau la « Une ». Qu’il est loin le temps où ils lançaient des lauriers à Serge. Tout s’est arrêté le 13 février dernier, la veille de la Saint-Valentin.  

LA CHUTE DE SERGE

Tee-shirt et blouson aux couleurs parisiennes, l’arrière droit Ivoirien répond aux questions que son ami Mamadou Doucouré lui lance, une à une, via Périscope – une application de partage de vidéos. Le ton se veut détendu, trop même.
Dans cette visite guidée du vestiaire parisien, Serge Aurier, à qui Zlatan «  ne peut pas mettre de coups de pression » se lâche et balance entre autres : « C’est une fiotte », en évoquant son coach Laurent Blanc. Ainsi parla Serge.
La suite, un déferlement médiatique sans précédent, une mise à pied à titre conservatoire, une rétrogradation en équipe réserve et enfin une réintégration dans le groupe professionnel, fin mars, pour le vingtenaire à la barbichette – né en Côte d’Ivoire.

THE REVENANT

De clémence ou d’indulgence, le jeune homme formé au FC Villepinte n’en a pas bénéficié ! Contrairement à un certain Karim, dont les dribbles chaloupés empêchent la Justice de lui trancher la tête. Si l’arrière droit de la Séléphanto, avec laquelle il a gagné la CAN 2015, a été attaqué, moqué, parodié – avec succès, c’est sans doute parce qu’il n’en est pas à son premier coup.
L’an dernier, après la qualification du Paris Saint-Germain face à Chelsea, il avait traité Björn Kuipers, l’arbitre du match, de « sale fils de pute ». Ces mots doux qu’il avait prononcés face smartphone lui avaient valu trois matches de suspension à l’époque.
La nouvelle sanction étant levée, le numéro 19 du Paris Saint-Germain a refoulé la pelouse du Parc des Princes face à Manchester City, mercredi dernier.
Si DiCaprio, revanchard héros esseulé dans The Revenant, a remporté l’oscar du meilleur acteur, Aurier lui remporte celui du « plus mauvais joueur ». La « faute » à cette remise involontaire qui offre l’égalisation aux Citizens (2-2). 
Les voix des experts, qui l’ont condamné, tonnent à nouveau dans les cafés, couloirs, salles de classe ou de rédaction mais aussi sur les plateaux télés.


ET VOUS, QU’AURIER VOUS FAIT ?
« Choix pas judicieux », « inadmissible », les mots qu’a employés le toujours très mesuré Christophe Dugarry ne sont pas assez forts pour critiquer le choix perdant de son ami de coach, Laurent Blanc.
« On savait qu’on allait avoir Silva […] alors on a décidé de mettre un joueur qui prend de l’espace face à lui », justifia l’entraîneur parisien après la rencontre.
Difficile de le lui reprocher. Même s’il a moins apporté offensivement qu’à l’accoutumée, le « plus mauvais joueur de la rencontre » constituait la meilleure option. Ses allées et venues ravageuses qu’il a si souvent réalisées parlaient pour ce défenseur, encore invaincu…en Ligue 1.
Que ce soit Van der Wiel qui transforme souvent son couloir en spacieux appartement ou le solide Petit Marquis[1] aux interventions propres mais aux timides montées, Blanc n’avait pas le choix pour obliger l’Espagnol à défendre.
[1] Le surnom de Marquinhos

Au diable les considérations d’ordre moral et autres ! Et vous, qu’auriez-vous fait ? Probablement la même chose.
A l’image d’un Zlatan doublement maladroit (pénalty et face-à-face manqués) ou d’un David Luiz – rapidement averti et donc suspendu pour le retour, Serge Aurier n’a pas répondu présent. Mais les propos qu’il a tenus un soir de février 2016 en font le coupable idéal. Coupable d’avoir en ses termes à lui mis en doute l’autorité de son coach, sur un groupe parisien où les cadres mécontents le font savoir. N’est-ce pas Cavani ?  
Celui « que le quartier a rendu plus fort » fera probablement partie du onze titulaire ce soir. Dans cet Etihad Stadium où la bande à Yaya Touré, de retour, n’a jamais gagné une rencontre de Champions League à élimination directe, le jeune homme à la coupe dégradée a tout à gagner.

Déjà condamné par les amateurs et spécialistes, il ne reste plus qu’à leur donner tort.
Suivi par cet adversaire d’un soir et le Barça (source : Canaplus), Serge pourrait à nouveau recevoir les lauriers.        



Facebook Twitter Google Plus

NEYMAR, PARIS TENU

05 - 08 - 2017 | Chon Crick

« Maman, Maman, comment on fait ? » [......]


Lire la suite ...

LES JOLIS COUPS DE KROOS

18 - 04 - 2017 | Chon Crick

Tapi dans l’ombre, caché derrière son ordinateur [......]


Lire la suite ...

LE BALLON D'OR DANS LES PIEDS D'INIESTA

13 - 12 - 2016 | Chon Crick

La lumière nocturne allongeant à l’infini [......]


Lire la suite ...

LES BLEUS BIEN SEREY PAR LA SÉLÉPHANTO

16 - 11 - 2016 | Chon Crick

Dents en jachère pour récolter les faveurs [......]


Lire la suite ...