I’M NAPPY

23 - 03 - 2016 | Beebee Brown

On ne me demande que très rarement la raison pour laquelle j'ai décidé de me couper les cheveux. Je les avais défrisés, longs, en excellente santé. Je les ai coupés. Et sans remords. Peu sont ceux qui prennent le temps de savoir pourquoi je les ai coupés et troqués contre ces cheveux crépus que j'arbore aujourd'hui.
RETOUR VERS LE PASSÉ
Les gens ont tendance à considérer que le désir d'embrasser ses origines et son « africanité » pour « prouver » ou « montrer » (peu importe quoi d'ailleurs)  aux « blancs », et en gros s'affirmer face à eux,  est LE déclic pour un retour au naturel.  
Ces « blancs » qui nous ont fait esclaves, qui nous ont traité comme des gens « différents », qui nous traitent encore comme tels à ce jour. 
Ces « blancs » qui nous ont aliéné et à qui nous avons voulu coûte que coûte ressembler pendant tant d'années.  
Ces « blancs » qui nous méprisent et qu'on a malheureusement tendance à idéaliser. Ces « blancs » - ci ... S'affranchir donc de ses cheveux défrisés pour s'affranchir de l'esclavage mental résultant des idées reçues et de standards douteux que la société a toujours voulu nous imposer. 
Une sorte d'activisme capillaire en somme.
Bien sûr, le retour à des cheveux naturels peut être un effet de mode. Les cheveux crépus sont tendance, c'est vrai. Le retour au naturel plus généralement aussi. La quête d'une beauté et pourquoi pas d'une existence plus authentique, plus pure, plus vraie, plus profonde, plus en phase avec notre condition de femmes noires. Impliquant moins de produits toxiques pour cheveux et corps,  donc moins de dégâts moins de complexes, moins de copier-coller.

Le retour au naturel fascine. Il a ses porte-flambeaux, ses partisans. Il suscite la passion des uns et l'admiration des autres. Avec lui s'est développée une certaine idéologie, un certain courant, empreint de musiques plus roots, d'une mode et autres codes plus « africains ».
Pourquoi ne pas revenir au naturel et rentrer dans le NOUVEAU moule? Après tout Il en est qui ont besoin d'être en phase avec les « moules », justement.
Seulement, l'authenticité et l'immersion dans le naturel ne devraient pas se limiter pas aux cheveux. L'alimentation, et le style de vie de façon générale doivent suivre car être authentique avec des cheveux naturels c'est bien, en profondeur, physiquement et spirituellement, c'est mieux.
Oh et puis le retour au naturel peut dans certains cas s'imposer à soi. Quand les « moules » imposant des substances toxiques ou chimiques tant sur la peau que sur les cheveux ne laissent plus vraiment le choix et que le retour immédiat à une routine plus orthodoxe devient la seule échappatoire histoire de sauver sa peau, sans mauvais jeu de mots.
LA FAUTE AUX MAYAS
Au lendemain de la guerre en Côte d'Ivoire en mai 2011, j'ai ressenti un besoin de renouveau. Et puis, j'ai vu un énième article sur la fin du monde prévue en 2012 par les Mayas. Je me suis dit que si le monde devait sombrer dans le chaos dans un an, eh bien autant repartir de la terre comme j'étais venue. 
Alors, j'ai décidé que je me couperais les cheveux. Aussi simplement que ça.
C'est ainsi que je suis devenue Naturelle, parfois Happy, parfois pas tant. Est-ce que j'ai la vie plus facile?

Pas vraiment. Je n'ai jamais autant investi en terme de temps et surtout de volonté de toute ma vie.
Je n'ai jamais été sujette à autant de contraintes non plus. 
Les cheveux naturels sont capricieux, parfois ingrats. Ils ne se conforment pas à votre volonté, c'est à vous de les accepter et de vous plier à leurs exigences. Mais une fois que vous vivez en bonne intelligence, ils vous le rendent bien.

LES YEUX BRAQUÉS SUR VOUS
A côté de ça il y a le regard/ la perception des autres ainsi que les commentaires qui vont avec. Surprise, admiration, interrogations, commentaires, encouragements ou « conseils » négatifs et déplacés.  Une chose est sûre, personne n'est indifférent face à une fille aux cheveux crépus. Est ce que je me sens différente? 
Je me suis toujours sentie « différente » parce que c'est le cas. Avec des cheveux défrisés, longs, courts, bouclés, raides, crépus, noirs ou blonds je me sentirai toujours « différente ». 
Je ne me sens pas plus « authentique » parce que j'ai des cheveux crépus, par rapport à quand je les avais défrisés non plus. Je suis juste en phase avec moi même parce que la façon dont je m'habille, les cheveux  et l'attitude que j'ai sont le reflet de mon état d'esprit actuel.
Est ce que, justement, mon style et mon retour au naturel sont liés?
Eh bien, pas autant.
Je n'ai pas attendu d'avoir des cheveux crépus pour porter du pagne et je n'ai jamais cru que je serai plus belle ou plus cohérente en pagne avec des cheveux crépus.  
Je ne porte pas plus de pagne ou de bijoux ethniques qu'avant et je n'entends pas non plus changer de standards en matière de mode simplement parce que j'entends embrasser une quelconque africanité.
De même je n'ai pas attendu d'être « naturelle » pour écouter Patrice, Nneka, Asa, Ayo, Keziah Jones et Erykah Badu, et j'écoute toujours autant de pop et variété française et d'indie-rock/pop etc.

EST-ON PLUS ÉPANOUI AVEC DES CHEVEUX NATURELS ?
Si le fait de pouvoir faire une quantité de choses incroyables avec ses cheveux, de les avoir sains, volumineux et beaux, c'est ça l'épanouissement, alors avoir des cheveux naturels c'est que du bonheur!

Mais si cheveux naturels riment avec impatience, frustrations (face aux chevelures luxuriantes des unes et des autres), agressions des cheveux (avec toutes sortes de coiffures à rajouts), stress et prises de tête : alors non, personne ne vous y oblige. Et surtout personne (de sensé) ne vous jugera, gardez vos cheveux défrisés dans la paix. Je tiens seulement à rappeler qu'il a été prouvé par nos mères et nos sœurs que le défrisage fragilise considérablement les cheveux à la longue. Il faut donc savoir prendre la bonne décision au bon moment. En somme, je suis naturelle et pretty mais aussi naturelle et lazy et parfois mes cheveux m'agacent donc je les laisse pousser calmement sous des coiffures protectrices.  
Du coup je deviens naturelle et funky parce que je peux me permettre toutes sortes de coiffures aussi temporaires que « coolax » et originales. 
De toutes façons je suis naturelle et arty, des cheveux qui restent encore aujourd'hui définis comme « originaux » portés par une fille un peu artiste un peu originale, ça ne choque personne.
Et au final, je suis naturelle et happy car j'ai des cheveux naturels parce que j'en ai envie, j'en fais ce que je veux, je n'ai que faire de ce que les autres en pensent, je n'en suis pas esclave et j'ai une identité avec ou sans ces cheveux.
Au total, ce qu'il faut retenir c'est que nous sommes noires et naissons avec des cheveux que nous sommes en droit de porter comme ce que font les femmes, peu importe la couleur de peau. 
Ils sont versatiles et nous avons également le droit d'en faire ce que nous voulons et de les porter sous la forme qui nous sied le mieux.
Qu'on veuille faire passer des messages ou suivre la mode, qu'on ait une prise de conscience ou une envie de changement, la seule chose qui compte en tout état de cause c'est d'avoir des cheveux BEAUX, SAINS, et avec lesquels nous vivons en HARMONIE.
 



Facebook Twitter Google Plus

CES CHOSES QU’IL FAUT ÉVITER DE DIRE AUX FEMMES

08 - 03 - 2017 | Donna Keating

Atyto, si tu veux vivre longtemps mais surtout [......]


Lire la suite ...

KEN OU BARBY ?

03 - 08 - 2016 | Donna Keating

Petite, l’on a toute possédée un Ken, cette [......]


Lire la suite ...

CONVERSATION SANS FIL : ÉPISODE TROIS

01 - 08 - 2016 | Fleure Ndoua

Anie et Isa sont deux copines. Leur sujet principal [......]


Lire la suite ...

CONVERSATION SANS FIL : ÉPISODE DEUX

25 - 07 - 2016 | Fleure Ndoua

Anie et Isa sont deux copines. Leur sujet principal [......]


Lire la suite ...