ILS SONT PARTIS, ILS ONT VU, ILS SONT REVENUS : PAOLA AUDREY, SOLDAT MOBILE

29 - 03 - 2016 | Chon Crick

«Bonjour, vous avez le dernier Forbes Afrique ?», demande une jeune femme d’un ton assuré.
La surprenante question anodine que cette demoiselle pose déroute car de trace de ce magazine, nous n’avons pas l’occasion d’en voir souvent! Portés par une saine curiosité, nous sommes à deux doigts de nous lever pour jeter un coup d’œil quand la liseuse de success stories emprunte les escaliers. La jeune femme qui nous rejoint, à pas feutrés, s’appelle : Paola Audrey Ndengue – ou PAN, en version courte.
CHANGER D’AIR
Chemise jean col boutonné jusqu’au cou, chaîne dorée qui entoure leditcol, pantalon à motifs fleuris, chaussures ouvertes, pochette en main, on l’imagine en blogueuse mode qui entre deux évènements à couvrir s’éclipse dans cette tenue décontractée. Mais, PAN n’en est pas une.
Si la vingtenaire curieuse partage en 140 caractères son goût pour le hip-hop, d’ici ou d’ailleurs, et l’industrie du divertissement, elle est surtout à la tête de l’Éditorial et du Digital chez Voodoo Media. Fraîchement nommée – en ce début Octobre[1], celle qui officie également comme rédactrice en chef de Life Magazine ne boude son plaisir entre deux bouchées de chips de patates.
Dans cet endroit Couleur Café, ses murs jaune vif, ses thés à consommer sur place ou à emporter, la jeune franco-camerounaise, née à Douala, revient sur « ce besoin de changer d’air » qui l’a amenée à quitter Paris pour Abidjan et ses mille et un chantiers – au cours de l’été 2014.
« Il y avait une atmosphère de plus en plus négative » admet-elle, sans que sa voix ne craquelle, avant d’ajouter : « C’est une accumulation de petites choses ». Notamment le sentiment d’avoir perdu son inspiration créative. C’est en Afrique « où les meilleurs souvenirs d’enfance sont », que la co-fondatrice de FashizBlack part la retrouver après une douzaine d’années passées sur le Vieux Continent.
DE L’ART DE BIEN LES CHOISIR
Il y a plus d’un an que la consultante (qui travaille notamment avec le groupe de rap Kiff No Beat) a tout laissé, amis et parents sans se retourner. Non sans qu’ils ne manifestent une certaine crainte.
« Ma mère n’était pas rassurée, quand elle m’accompagnait à l’aéroport » raconte Paola. Sans doute qu’elle avait encore en tête les images de la violente crise ivoirienne de 2011.

Abidjan « avec qui aucune ville d’Afrique francophone ne peut rivaliser actuellement » ne figurait d’ailleurs pas en tête sur de sa wishlist. Le « choc qu’elle a ressenti en découvrant la pop culture nigériane en 2006 », la plongée qui a suivi dans « toutes ces choses qui se faisaient au Nigeria », toute cette mise à jour en matière de communication digitale l’envoyait à Lagos. Mais c’était avant que l’opportunité abidjanaise ne se présente, au détour d’un retweet.
[1] L’interview a été réalisée le 03 octobre 2015.

Il a fallu un mois et demi pour que la jeune femme à la chevelure colorée n’atterrisse en Abidjanie – comme elle l’écrit parfois.
En ce samedi après-midi, les habitants de l’Abidjanie donc se promèment dans les magasins et leurs rayons, tandis que le soleil a rangé les siens. Les quelques clients du café, bercés par le temps clément et l’air frais, presqu’immobiles dans ce lieu discret. Si bien qu’au moment où l’éditorialiste lâche « soldat mobile », pour mieux expliquer son départ rapide mais préparé, personne ne lit sur son visage stoïque sa détermination. Encore moins quand Paola balance un catégorique : « Choisissez bien vos emmerdes avant de rentrer !».  
PAS ÉVANGÉLISATION, MAIS QUELQUES PRÊCHES 
Ces mots qu’elle a prononcés d’un air à la fois impérial et détaché, signe qu’elle est rodée à l’exercice, montrent que le soldat mobile a bien choisi les siennes. Parfaitement consciente de baigner dans un « environnement cosmopolite », la néo-abidjanaise qui s’excuse systématiquement entre deux coups de fil a même trouvé, ici, le parfait compromis entre « la folie de Lagos et le côté résidentiel d’Accra ». Les seuls points qui noircissent le tableau : le logement et le transport. C’est d’ailleurs en empruntant un taxi que la demoiselle aux yeux marron a vécu une mésaventure. 

Le chauffeur du véhicule s’est arrêté pour lui faire comprendre « qu’une femme doit avoir des enfants » ! Immunisée contre « les discours ignorants », la jeune entrepreneuse déterminée n’y accorde plus d’importance. Même si elle n’est pas « en mission d’évangélisation », elle reconnaît volontiers « que les femmes ne sont pas nées avec une spatule ». Quand la demoiselle aux deux téléphones qui sonnent régulièrement n’affiche pas son mépris pour les remarques désobligeantes, elle tient la plume pour Le Monde Afrique, OkayAfrica, NotJustOk – entre autres.
Les rires de ce groupe de jeunes gens, fraîchement débarqués, tonnent dans cette pièce située à l’étage. Le tintement des cuillères qui touillent le café noir a cessé. Les patates de Paola elles ont disparu, sans laisser de traces. Tout comme les magazines de mode qui remplissaient sa chambre, quand elle voulait être « chef de produit chez LVMH ». Mais, il n’y a pas que sur le luxe que la modeuse porte un regard aiguisé. Elle ne se reconnaît pas complètement dans cette catégorisation des jeunes femmes noires. Ni afro-muppie, ni afro-optimiste, elle se voit plutôt en afro-cynique.
On ne se sait pas si Paola Audrey Ndengue a finalement mis la main sur son Forbes Afrique mais, elle semble avoir retrouvé cette inspiration à Abidjan, « où elle a l’impression de découvrir quelque chose tout le temps ».



Facebook Twitter Google Plus

ILS SONT PARTIS, ILS ONT VU, ILS SONT REVENUS : LES 225 TRAVAUX DE LOÏC

19 - 04 - 2016 | Chon Crick

Le parfum capiteux du week-end flotte dans la [......]


Lire la suite ...

ILS SONT PARTIS, ILS ONT VU, ILS SONT REVENUS : FRANCOISE, DE PARIS À BABI

05 - 04 - 2016 | Chon Crick

Sur la route abîmée qui nous mène à ce rendez-vous [......]


Lire la suite ...

CES FANS QUI OUBLIENT DE SUPPORTER

09 - 06 - 2014 | Chon Crick

Dans la Rome Antique, ils étaient acclamés, [......]


Lire la suite ...

AU PAYS DES OLIVIERS : UNE JOURNÉE EN NOIR & BLANC

14 - 01 - 2014 | Chon Crick

« Tu viens de quel pays ? », [......]


Lire la suite ...